Je suis accro à la Golden Timberland

Publié le par Aimé Richard

Lorsqu’en 1992 les Kris Kross sortaient leur premier album et que le sigle JUMP passait en boucle à la télé et à la radio j’avais a peine 9 ans. Mais cette vidéo m’a profonde marqué jusqu’aujourd’hui. Ce n’était pas tant que le rap qui m’accrochait mais leurs habits notamment leurs chaussures. Les deux petits lascars d’Atlanta avaient à leur pied des Timberland. Putain, je ne vous dis pas comment j’ai rêvé toute mon adolescence d’avoir ces pompes. Par suite, je suis devenu accro au rap et plus je regardais les clips que je me rendais compte que la plus des rappeurs la portaient de B.I.G., Tupac, Nas, Mobb Deep, RAkim, Joeystarr, Jay-Z, Method Man, Red Man, Capone N Roreaga, Mystikal, Pharaohe Monch, Craig Mac, Das EFX, M.O.P, GURU N Dj Premier, QTIP, Busta Rhymes,… Tous ces mecs que j’appréciais avec tous un accessoire en la Timberland. Il existe plusieurs modèles et plusieurs couleurs de Timberland à savoir les bleues, les noires, les grises et mêmes les blanches. De toutes ces modèles, une et une seule fait régner l’ordre depuis ces années à savoir la Golden. C’est le modèle qui temps vers le jaune un peu comme de l’or comme l’indique son nom. Elle peut se mettre avec toutes les couleurs. Les négros de ma génération l’appelle la Légendaire. Ainsi si vous entendez quelqu’un dire qu’il a une légendaire ou il vend une légendaire sachez qu’il fait allusion à une Golden Timberland. Souvent, je me demande pourquoi les mecs l’appellent ainsi, mais la réponse s’impose seule car les faits sont si évidents et ce modèle a tout pour être une légende. En effet, c’est le modèle le plus porté par les connaisseurs et aujourd’hui, la Golden n’en pas un effet de mode je dirai qu’en termes marketing elle représente un produit vache à lait qui est en pleine maturité, qui ne nécessite aucune publicité excessive. La Golden ne se vend rien que par sa notoriété. On se passe le mot de bouche à oreille et de génération en génération. Je ne me souviens pas avoir vu une publicité d’une Golden Timberland à la télé ou dans même un magazine de mode spécialisé mais elle se vend quant même. Sa notoriété est tellement grande qu’on peut dire qu’elle fascine à un tel point que des personnes ont développé au fil des années certains fantasmes telles que les expressions suivantes : « si tu veux avoir une Timberland, achète toi une Golden », « tant que t’as pas mis de Timberland à tes pieds, estime que t’as pas encore mis de chaussures », « les vrais mecs, les authentiques, les wicked mettent tous la Timberland »… La Timberland fascine vraiment, mais comment comprendre qu’une chaussure qui semble avoir été créée pour la randonnée soit devenu un objet de luxe qui se vend à plus 120.000Frs CFA au Gabon et environ 150€ en France ? Je pense avec le risque de me tromper que cela est du en partie au fait que la petite bourgeoisie du hip hop se la soit appropriée pour en faire un produit ethnique peut être une approche assez pertinente. En effet, les amateurs de rap sont les premières personnes qui s’achètent les Timberland car ils veulent ressembler à leurs idoles. Et même, lorsqu’on regarde la télévision, il est plus probable de voir un noir avec un Timberland qu’un blanc. Souvent est tenté de penser à tort qu’on a affaire à une marque de Street Wear créée par un noir du ghetto américain tel que FUBU, Rocca Wear, Phat Pharm,…Cela est perceptible au tour de nous, lorsqu’on met une Timberland, on nous assimile directement à un noir américain. Le succès de la Golden Timberland repose donc sur l’usage faite par les rappeurs américains qui en ont fait leur chaussure de prédilection. Ces rappeurs servent de prescripteurs pour la marque car ils ont acquis une certaine notoriété qui influence les consommateurs. Le fait que les rappeurs de grande renommé et qui pour certains sont immensément riches tel que Jay-Z la portent encore confirme son image de marque. En effet, Jay-Z étant devenu milliardaire continue à mettre les Timberland. on peut donc se dire que la Timberland est une chaussure qui réunit les gens peu importe leur rang social. Qui ne se sentirait pas à l’aise ayant à ses pieds la même chaussure que porte un milliardaire ? Je sais que nous sommes des millions dans cette situation. La Golden témoigne au même titre que les grosses chaînes une certaine ascension social et réussite pour les rappeurs américains qui se pavanent à chaque fois et affirment être les modèles du rêve américain. Ainsi, à la fin de son clip « I CAN », Nas arbore un t-shirt sur lequel on peut lire « I Am The American Dream », traduit par je suis le rêve américain. Du coup, à chaque coin de la planète, tous les adeptes de la culture hip hop notamment du rap se sentent investis d’une mission celle de porter et de promouvoir la Timberland. Car le message fondamental dans le rap américain est la réussite sociale. Tous sont partis de nulle part le plus souvent du ghetto finir numéro un des chars mondiaux et habiter dans des villas cossues. Les différents éléments que j’ai présenté plus haut sont en quelque sorte à l’origine de mon addiction pour la Timberland. Je sais que pour certains j’ai des pulsions infantiles mais j’assume ma faiblesse. Comme le disait un intervenant dans le document de Thibaut De Longeville, Sneakers, Le Culte De La Basquet « j’irai au bout du monde pour des baskets, …, j’ai arrêté l’alcool, la drogue, toutes les conneries de ce genre. Mais cette drogue-là, je ne peux pas m’en passer. Je suis accro pour toujours.». À la différence de ce mec je ne me suis jamais drogué, l’alcool n’a jamais été mon point fort mais comme lui je suis accro non pas aux baskets mais à la Golden Timberland c’est mon TOC (Trouble Obsessionnel Compulsif). C’est plus fort que moi. Quand j’en ai pas c’est le vide au tour de moi je fais des fixations en ne point finir. Pour moi, le but n’est pas trop de me sentir dans mes Timberland même si quand je les porte à mes pieds j’ai l’impression de décupler mon Sex-appeal. Alors je me sens fort, je me sens beau, je me sens roi,… en fait c’est comme si je perdais tout bon sens. Mais pour moi rien que le fait de savoir que j’ai une Timberland posée quelque part suffit à faire disparaitre le vertige que crée son absence. Mon addiction à Timberland ne peut plus être soignée et j’en suis fière. Toutefois, je ne prends pas de risque pour m’en acquérir ou salir mon image. La Timberland a été présente dans mon esprit toute mon adolescence. Quand j’en ai eu pour la première fois, ce fut vraiment pour moi un grand jour. J’avais l’impression que Beyoncé était couchée dans mon lit (bon je déconne une peu) si voyez ce que je veux dire. En plus la Beyoncé ne la porte-t elle pas dans le clip de Lose My Breath avec son ancien crew Destiny Child ?

Commenter cet article

Arnaud N'zassy 04/08/2011 01:07


Bonjour,
C'est toujours agréable de lire un passionné de la musique. Je découvre aujourd'hui ce blog qui parle de la culture urbaine. C'est bien. Il faut surtout mettre les chanteurs gabonais à l'honneur.
Bon courage ! Arnaud N'zassy


Nguema Ndong 18/10/2015 00:33

Merci pour votre commentaire.