Le primat de la forme sur le fond

Publié le par Nguema Ndong

 

Je me fais parnassien le temps d’une digression

Je mets un peu d’eau dans mon vin pour que ça fasse beau

Le primat de la forme sur le fond, que c’est beau

Laisser libre expression à mon inspiration

Injecter à ma prose maints calembours

Faire danser les consonnes au rythme des allitérations

Tant pis si mon discours subit l’altération

Et que de ma plume sortent des amphigouris

Mais comme c’est beau, on accepte ces salmigondis

Qui de la logique sont logés aux faubourgs

L’esthétique renvoie donc la raison au second

Le substrat n’est plus à chercher au tréfonds

L’expression du beau devient superficielle

Maintenant, c’est dans l’emphase que réside l’essentiel

Commenter cet article