Le rap de A à Z par Nguema Ndong

Publié le par Aimé Richard

 

Le rap de A à Z par Nguema Ndonguhyy.jpg

 

Je ne vais pas avoir la prétention d’écrire un dictionnaire de rap ou de la culture Hip HOP. La tâche serait trop ardue, je préfère me contenter de ce petit lexique personnel. Il regroupe une somme d’anecdotes de ma vie en rapport au hip-hop. Les mots viennent de façon spontanée. C’est de l’écriture automatique comme l'aurait dit André Breton… [Rires]. Ceci est une façon de dire qu’aucune recherche sérieuse n’a été faite pour écrire ces quelques lignes.

Le rap et moi c’est une vieille histoire. Comme la plupart des gens de ma génération, je l’ai connu à la télé au début des années 1990. Cela ne me disait vraiment rien de spécial. Je ne me voyais pas en train de prendre un micro pour de sortir des disques. Mais lorsque, par un après-midi de 1994,  je vis un de mes grands frères, membre à l’époque d’African Spirit, enregistrer une démo avec un micro baladeur et que l’orchestration était assurée par d’autres de mes ainés, je crois que ce jour-là, je suis tombé amoureux du rap.

 

A…

Première lettre de l’alphabet français,  certains penseront que cette lettre m’inspire le mot assassin qui est un de mes pseudonymes. Loin de là, cette lettre me rappelle le terme « Authentique ». Dans le milieu du rap, chacun se réclame authentique et les nostalgiques se souviennent surement du premier album du groupe de rap français NTM qui avait pour titre AUTHENTIK.

 

B…

En tant que fan du rap, je ne peux penser qu’au BEAT. C’est l’essence même de notre musique. C’est grâce qu’au BEAT que l’on se laisse emporter. Le beat est pour ceux qui ne le savent, la musique instrumentale sur laquelle le rappeur doit poser sa voix. Sans lui, je pense que beaucoup de rappeurs n’auront pas de carrière, car que le niveau des lyrics laisse vraiment à désirer. Comme le dit Akhenaton, le niveau des lyrics baigne dans le caniveau.

 

 C…

Le « Cut », ça c’est du domaine du DJing. Le cut est la brève interruption de la musique que le DJ effectue afin d’ajouter une autre ambiance au morceau. Le cut est parfois un moyen de faire face à la redondance du rythme d’une chanson. La maîtrise de cet art est vraiment importante pour le DJ. Le DJ français Cut Killer n’a donc pas choisi par hasard son nom de scène.

 

D…

Cette lettre me renvoie à « Démo ». Diminutif de l’expression « démonstration ». C’est en général, un aperçu des capacités d’un artiste. Dans le cadre du rap, c’est un ou deux morceaux posés dans des conditions pas souvent optimales qui présentent toutefois les capacités du MC ou EMCEE.  

Il y a plusieurs années alors que je commençais à faire du rap à Oyem, on allait enregistrer nos démos chez un grand frère DJ. À l’époque, la technologie était trop chère alors on le faisait sur des cassettes chromées. À cette époque, on se battait pour que nos démos passent à la station provinciale (Radio 9 à Oyem).

 

E…

EMCEE ou MC, qui peut être traduit en français par maître de cérémonie. Le MC était dans les années 1970 aux premières heures du hip-hop, celui qui accompagnait le DJ au micro lors de Blocks Party et qui était chargé d’animer la soirée. Cela justifie le fait que les premiers rappeurs étaient dans la grande majorité des anciens MC’s. De même, les premiers groupes de rap à émerger étaient souvent dirigés par des DJ. Avec le temps, tous les rappeurs se sont fait désigner par l’appellation MC.

 

F…

Flow, en faisant une traduction littérale de l’Anglais au Français, ce terme désigne le flux. Mais dans le domaine du rap, il a une autre signification et son auteur en est autre que le rappeur new-yorkais Rakim. Pour ce dernier, le Flow est la façon de rapper d’un MC. On peut aussi le définir comme étant le style de rap car il prend en compte la qualité de l’élocution, la vibe, la puissance et la vitesse. On dira donc : j’aime bien le flow de Rakim ou de Busta Rhymes.

 

G…

Gangsta, qui est tout simplement une appellation argotique (en anglais américain) du terme gangster. Un gangster est une personne qui appartient à un gang.

Dès l’avènement du groupe NWA sur la scène du rap américain, on a vu naitre du coup le Gansta Rap. C’est une mise en avant de la vie de la rue avec tous les vices qui y gravitent. La plupart des rappeurs américains mettent en avant ce côté gangster dans leurs chansons notamment Snoop Dogg, C-Muder, Tupac, Ice T, Esea E, B.I.G.... Ce qui est dommage avec cette variante du rap, c’est fait qu’elle participe à la destruction de l’image du rap, car il fait l’apologie de la violence et de la luxure.

 

H…

C’est clair, on sait tous que le H va me renvoyer à Hip-Hop. Le hip-hop est une culture urbaine née dans les ghettos noirs américains dans les années 1970. Il regroupe cinq (5) disciplines à savoir : le rap, le DJing, le graffiti, la dance ou b-boying et le Beatboxing. Malheureusement, le rap est la discipline qui a connu la plus grande vulgarisation. De ce fait, la culture hip-hop semble définie par la majorité des personnes comme synonyme du rap. Il n’est pas rare d’entendre les rappeurs eux dire qu’ils font du hip-hop. Personne n’a oublié la fameuse chanson du duo Das EFX, Real hip-hop.

Petite exception pour la lettre H. En effet, cette lettre me renvoie également à un terme très prisé par les rappeurs qui est le Hardcore. Dans les années 1990, on voulait tous faire ce style du hardcore. C’est une variante du rap assez violente dans les paroles et la musique. Les SNARE et les KICKS sont vraiment lourds. Le message n’est pas voilé, les choses sont dites sans ambages. Lorsqu’on parle de rap hardcore, le groupe Public Enemy est sans doute celui qui le caractérise le plus. Au Gabon, pendant un temps, tout le monde prétendait faire du rap hardcore. De ce fait, certains rappeurs ont donc décidé de ne plus utiliser ce terme le changeant par le terme Physique. Ainsi, quand un rappeur dit qu’il fait du rap physique, cela veut également dire qu’il fait du Hardcore.

 

I…

L’inspiration,  c’est le souffle créateur qui anime les écrivains, les artistes, les chercheurs. C’est la source de l’œuvre que l’artiste donne à son public. Sans elle, l’œuvre n’existerait surement pas. Tout rappeur doit donc être animé par cette fibre. Les hommes de théâtre parlent de la muse qui inspire l’auteur.

Le rappeur se définissant comme le peintre de la réalité. Tout ce qui l’entoure est donc susceptible de l’inspirer. Mais il ne suffit pas d’avoir cette inspiration, il faut également avoir les mots et le style pour mettre en branles ses idées.

 

J…

La plupart des personnes qui parlent du rap ont tendance à associer le rap à la jeunesse. Pour elles, le rap serait une musique de jeunes. Penser ainsi, c’est faire preuve de naïveté intellectuelle. Le rap est né dans les années 1970, aujourd’hui, les pionniers de ce mouvement ont quel âge ? Et si le rap était un être humain, il serait bien adulte. De même, les rappeurs doivent arrêter de penser que leur message ne doit être dirigé qu’à l’endroit des jeunes. Aujourd’hui encore, des rappeurs qui ont presque 40ans se permettent certaines légèretés dans leurs textes, car ils estiment que le cœur de leur cible est la jeunesse. La jeunesse dont il est question ici, ce sont les 15 – 21ans. De ce fait, ces rappeurs adoptent l’accoutrement de ces gamins qui peuvent être leurs enfants. Du fait de la récurrence de ce comportement chez la majeure partie de mes compères, je suis tenté de poser cette question : les rappeurs seraient-ils atteints par le syndrome de Peter Pan ?

 

K…

Kicker, c’est une utilisation du verbe anglais TO KICK (qui veut dire donner un coup de pied). Je ne sais pas quelle en est vraiment l’origine de son utilisation dans le monde du rap. Pour ceux qui sont friands de freestyles, voici une expression fréquemment usitée. Kicker (é) c’est donc une autre façon de dire RAPPER. Ainsi, un kicker (eur) est un rappeur pour ceux qui ne savent pas. Dans l’album commun que j’ai sorti avec Andgo en 2010 (C.L.A.M.P.), on a fait un morceau avec DOM aka Soul Fire du Syndikat des Kayas qui avait pour titre Natural Born Kicker.

 

L…

Lyrics. Que serait le rappeur sans ses lyrics ? Je me pose toujours cette question. Enfin, de nos jours, il y en a qui n’ont plus trop besoin d’avoir des lyrics bien affutés. Car il suffit d’avoir une bonne production (Beat) pour faire un hit. Comme je disais déjà en parlant du Beat, les rappeurs n’écrivent plus, les seuls véritables artistes qui naissent encore dans le monde du rap aujourd’hui sont les BeatMakers. Rien qu’en se référant du Gabon, en écoutant un morceau à la radio, on est plus intéressé par la qualité de la musique plutôt que par les détritus qui s’échappent de la bouche un EMCEE.

 

M…

Musique. La musique, en écoutant le rap de nos jours, on se rend compte que certains semblent oublier que c’est de musique qu’il en est question. Et que la musique est l’art de combiner les sons de façon agréable à l’oreille. Le choix d’un instrumental est vraiment important. On doit sentir une certaine fusion entre le thème développé par le rappeur et la musique. Comme on le dit souvent, la musique est un langage universel, elle ne connait pas de barrières de la langue. Nous sommes tout bien tombés amoureux du rap pour la plupart alors qu’on ne comprenait rien à l’anglais. Ceci a été rendu possible grâce à la seule magie de la musique.  

 

N…

Nas, pour moi c’est le plus grand rappeur de tous les temps. Je le dis par rapport à ce que j’attends d’un rappeur. Chacun de ses albums est un moment spécial pour le fan que je suis. Il fait partie de ces rares rappeurs qui sont restés fidèles à leur public originel. Tous ses albums sont des classiques (du séminal Illmatic à Life Is Good). À la différence de beaucoup d’autres rappeurs, il est à cheval entre le mainstream et l’underground. Il a sorti des albums en major avec des thèmes politiques, il est l’un rare à faire référence à la situation en Afrique. Son discours concilie le gangster et l’intellectuel. Le MC du Queens n’est pas une victime de la mode comme la plupart de ses congénères. Il est resté le même.

 

O…

Original. C’est une expression qui se fait de plus en plus rare dans le monde du rap. À une époque, on parle de l’Original Rap ou encore de l’Original MC. Le groupe de rap français Idéal J avait même sorti un album qui portait le tire « Original Mc : sur une mission ».  L’expression Original a été changée par REAL et que l’on peut traduire en français par vrai.

Ce terme était aussi beaucoup utilisé par les rappeurs américains, même si certains le font encore. Il précédait souvent l’expression GANGSTA, on avait l’expression Original Gangsta. Son acronyme O.G. était plus utilisé. Ice-T a même titré son quatrième album sorti en 1991 O.G. Original Gangster. Pour la petite histoire, on disait que dans les rues aux US, celui qui portait le titre d’O.G. était celui qui avait déjà tué plusieurs fois.

 

P…

Prestation ou la performance.  Quand on rentre en studio ou quand on écrit une chanson,  on doit penser qu’un jour on devra la présenter devant public.

Quand j’étais plus jeune, j’en faisais vraiment beaucoup, c’est un bon moyen de se faire connaître lorsqu’on n’a pas encore de produit sur le marché. La première que j’ai rappé avec un micro c’est devant plus 3000 personnes et je ne m’étais jamais retrouvé dans une telle situation.

La prestation est le moment où l’on communique vraiment avec son public. L’interaction est vraiment là, un morceau qui semble insignifiant dans l’album peut s’avérer être un tube quand il est joué avec maestria sur scène.

 

Q…

Queens. Un des 5 arrondissements de New York. Il est l’un des viviers les plus importants du rap US. En effet, la liste des légendes qui sont sorties de quartier est vraiment longue. On peut citer en autres : RUN DMC, LL COOL J, KOOL G RAP, BLACK SHEEP, THE LOST BOYZ, ONYX, LARGE PROFESSOR, MARLEY MARL, NAS, BEATNUTS, MAIN SOURCE, 50 CENT, MOBB DEEP, JA RULE, A TRIBE CALLED QUEST, SALT-N-PEPA, ROXANNE SHANTE, BIZ MARKIE, BIG DADDY KANE, MASTA ACE, CORMEGA, INFAMOUS MOBB, BIG NOYD,…

 

R…

Comme disent Jay-Z ET Kanye West dans New Day (In Watchin’ The Trone), Me and the RZA connect. Cet homme est l’architecte du Wu Tang Clan. On a tout un jour aimé une de ses musiques. Il était le maître du rap new-yorkais au milieu des années 1990. Il a comme on dit souvent plusieurs cordes à son arc. Il est rappeur, compositeur, acteur, entrepreneur et maintenant réalisateur de films.

 

S…

Le sample. Un sample est un échantillon de musique que le compositeur utilise afin de créer une nouvelle musique. Tous les compositeurs de rap savent qu’il est important de maitriser l’art du sample. Dans le domaine du Beatmaking, on doit être à la fuie de nouveaux samples afin de se distinguer des autres. Le sample est la pure matérialisation de la formule de Lavoisier : rien ne se crée, tout se transforme. Qu’on se le dise, tout bon fan du BOOM BAP est forcément friand des bons samples de RZA, DJ Premier, Q-Tip, No I.D., 9Th WONDER… et tous les autres.

 

T…

Le tempo. C’est le mouvement dans lequel s’exécute une œuvre musicale. Pour ma part, ce terme renvoie au premier album de rap français que j’ai écouté. MC Solar « Qui sème le vent, récolte le tempo », la claque dans mes oreilles. Jimmy Jay avait vraiment mis la dose adulte dans sa composition. Cela réveille en moi certains souvenirs de l’école primaire. À l’époque, certains de mes ainés étaient déjà au lycée et les soirs à 17 h 30 quand on rentrait à la maison, ils étaient là assis avec leur Ghetto Blaster en écoutant cet album.

 

U…

Underground, de l’anglais souterrain, il désigne dans le domaine du rap tous ceux qui ne sont pas dans le circuit des Majors. Il a cette particularité d’être le bastion du vrai rap. Celui qui n’est pas diffusé sur les grands médias. Ce rap qui a encore des textes et qui ne fait pas dans le bling-bling. Aujourd’hui, les vrais activistes du rap et hip-hop militent tous dans l’underground. Personnellement, je suis obligé d’écouter du rap underground parce que le Mainstream produit une musique peu ragoûtante formatée par les grands groupes. Il n’y a pas de personnalité dans cette musique. Tous ceux qui ont vraiment aimé le rap dans ses prémices ne peuvent qu’avoir un penchant pour le rap underground.

 

V…

Vinyle. Voici un instrument qui tend à disparaitre dans le matériel du parfait DJ. Tout est passé au numérique aujourd’hui, même les tables des DJ. On peut faire des scratches sur un son MP3 grâce à ces tables. Malheureusement, l’évolution conduit certaines choses au cimetière et le vinyle connait apriori ses derniers jours comme la cassette avant lui.

 

W…

Là c’est si naturel que j’en ris même. Parler de rap et évoquer le W, ne renvoie qu’au Wu Tang Clan dans ma tête. Toute personne ayant écouté le rap dans les années 1990 sait de quoi je parle. Ce groupe a révolutionné le monde du rap grâce notamment à l’originalité de ses sonorités, mais également au marketing qui l’entourait. Le Wu-Tang est le premier groupe de rap à profiter des produits dérivés en développement des marques grâce à son nom notamment WU WEAR ou encore des boissons qui portaient son nom.

Le Wu-Tang a marqué toute une génération, les gens devenaient presque hystériques lorsqu’ils entaient ce nom. On voulait tous leur ressembler, car ils avaient tout pour plaire.  

 

X…

XZIBIT. Ce rappeur a connu un franc succès au début de la décennie 2000 dès qu’il a rejoint Aftermath de Dr Dre. Mais le fait de le citer ici est dû à la magie d’un ses morceaux qui m’a beaucoup marqué et qui est sorti bien avant Aftermath, je parle bien de Paparazzi. Ce morceau date de 1996, il est sorti dans l’album At the speed of the life. À cette époque, ce n’est pas encore une grande star du rap et cet album sera un échec commercial malgré sa qualité. Peut-être que le message de Paparazzi n’a pas plu à un moment où West Coast rimait avec Gangsta Rap.

Pour ma part, c’est l’un des plus beaux morceaux de rap de tous les temps. Je le conseille vraiment à tous ceux qui ne le connaissent pas. Je ne vais jamais oublier le jour où j’avais regardé ce clip pour la première fois sur MCM, l’émission s’appelait BLABLA GROOV. Avec le temps, ayant acquis quelques notions en anglais, j’ai réécouté le morceau et je suis tombé amoureux du tube une deuxième fois. Le message qu’il fait passer dans ce morceau me touche particulièrement dans la mesure où je me revendique comme une puriste qui n’a rien à faire du HYPE : « It’s a shame, niggas in the rap game/ only for the fame… ». Je le dis sans honte, si je fais un peu de rap aujourd’hui c’est en partie grâce à ce morceau.

 

Y…

Yo, une interjection que tous les rappeurs utilisent beaucoup. Je ne peux pas donner son origine. Il est du domaine de l’impossible d’écouter un album de rap sans que le MC n’en fasse usage. Un rappeur comme RAEKWON du Wu-Tang commence toutes ses interventions sur un beat par « EH Yo ! Eh Yo ! »

Aujourd’hui, avec l’influence du rap dans l’expression des gens, il est maintenant de coutume d’entendre certaines personnes utiliser cette interjection dans la vie courante.

 

Z…

Zoulou, ce terme tend à disparaitre dans le milieu hip-hop, pendant longtemps on associait les B-Boys à ce terme. Cela a été propulsé par la ZULU NATION de BAMBATA. Aujourd’hui, on croise encore des OLDTIMER’s qui s’appellent ZULU.    

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

thed 24/11/2015 01:28

mc (master of ceremony)... si non c'est cool