Nestlé célèbre la Journée Mondiale de l’Alimentation

Publié le par Nguema Ndong

Remise de dons à l’orphelinat AEODA. Octobre 2020

Remise de dons à l’orphelinat AEODA. Octobre 2020

Comme chaque année depuis 1979, sous l’égide de la FAO, le 16 octobre, le monde célèbre la Journée Mondiale de l’Alimentation (JMA). Pour l’édition de 2020, le thème retenu a été : « Cultiver, nourrir, préserver, ensemble ; agissons pour l’avenir ». Ce qui est un appel à développer la résilience des systèmes alimentaires, qui, d’ailleurs, ont montré leur fragilité face à la crise de la COVID-19. À cet effet, la FAO estime que 130 millions de personnes de plus vont souffrir de faim d’ici la fin de l’année. Afin de s’arrimer à cette actualité, Nestlé a organisé deux évènements à savoir : un webinaire portant sur la nutrition et la remise d’un don de produits alimentaires à l’orphelinat AEODA sis au Premier Campement dans la commune d’Akanda.

Pour son webinaire sur la nutrition, Nestlé a retenu comme thème : « Bien nourrir, aujourd’hui et demain. Ensemble ». Pour ce faire, différents experts venus du Cameroun et du Gabon ont entretenu les participants pendant deux heures. La Docteure Ghislaine Nzang Nguema, nutritionniste au Centre Hospitalier Universitaire de Libreville, fut une présentation intitulée : « Bien se nourrir au Gabon : un défi ». Ce fut l’occasion pour elle de dresser un tableau des différents problèmes liés à sa thématique au plan local. Ainsi, elle abordera dans ledit exposé le paradoxe de la faible quantité de poissons consommés sur le territoire national malgré une longue façade côtière, de la malnutrition chez les enfants de moins de cinq ans, de la quête de l’autosuffisance alimentaire, etc. Elle a mis un accent particulier sur l’insécurité alimentaire qui est souvent un corollaire de l’urbanisation massive (un taux de 86 % selon le PNUD) de notre pays.

Quant à la Professeure Modestine Kana Sop, nutritionniste et enseignante à l’Université de Douala, son exposé s’intitulait : « Bien nourrir demain ». Il abordait les risques liés à la malnutrition qui dérivent de l’insécurité alimentaire, notamment : les maladies infectieuses, la pauvreté, une hausse du taux de mortalité et même l’instabilité sociale. Et pour mettre en place des systèmes alimentaires résilients, elle préconise une mutualisation des efforts de tous les acteurs du secteur (gouvernement, enseignement, médecine, agriculture, etc.) Cela passe aussi par une diversification des cultures, car seules neuf espèces de plantes assurent 66 % de la production agricole totale, alors qu’il existe au moins 30 000 plantes comestibles (selon la FAO).

Le Professeur Innocent Gouado, Laboratoire de Nutrition et Science Alimentaire de l’Université de Douala, pour sa part, a présenté un exposé intitulé : « Sécurité alimentaire : accès permanent de tous aux denrées alimentaires (qualité et quantité) nécessaires pour mener une vie saine et active ». Ledit travail a montré l’importance de rendre les aliments disponibles à la population en tout lieu et à tout moment. Pour cela, il préconise une production en quantité suffisante, mais surtout de qualité — en limitant au maximum la chimisation de l’agriculture. On n’atteindra inéluctablement cet objectif que par la mise en place d’un système efficient de transport et de distribution de ces aliments. Enfin, il a insisté sur la formation et l’éducation permanente des populations pour un meilleur usage des aliments, ce qui peut faire office de prophylaxie contre la malnutrition.  

Comme susmentionné, Nestlé, par sa filiale gabonaise, a profité également de cet événement pour faire un don d’aliments à l’orphelinat AEODA à travers son programme Nestlé Cares. À la différence du webinaire, le 16 octobre, la remise de dons a eu lieu le 15 de ce mois. La nourriture étant un élément focal de l’existence d’un être humain, la multinationale a donc témoigné, par cette occasion, sa générosité envers ces jeunes gens à qui la vie a refusé tant de choses. C’est également une façon pour elle de s’affirmer comme entreprise citoyenne.

Les problèmes consubstantiels à l’insécurité alimentaire continuent de marquer l’actualité, car ils demeurent prégnants dans le monde, surtout en cette période de crise sanitaire. Comme l’a signifié une des intervenantes du webinaire, la résolution de ces derniers passe par une synergie des actions de tous les acteurs du secteur. Il faut également suivre la voie de l’éducation des populations sur le bon usage des aliments et la maîtrise de la pyramide alimentaire afin de préserver les générations présentes et futures. En tous les cas, Nestlé semble poursuivre cet idéal à en croire les propos de M. Abdoulaye Diongue, Directeur Général de Nestlé Gabon : « à Nestlé, nous croyons en la force d’une bonne alimentation pour améliorer la qualité de vie de tous aujourd’hui, ainsi que celles des générations futures. C’est pour cela que nous avons choisi d’enrichir nos aliments en micronutriments essentiels tels que le fer, le zinc, le calcium pour aider les familles à s’alimenter sainement chaque jour.  Nous le faisons depuis plus de 50 ans aujourd’hui et nous nous engageons à continuer pour garantir une alimentation de qualité, abordable, accessible et durable aux générations futures ».

Suivez Nestlé sur les réseaux sociaux : Twitter    Facebook

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article