Perfide addiction

Publié le par Nguema Ndong

Conscient de sa nocivité pour mon être

Mais à chaque instant, je sens l’envie naître

Plusieurs fois, j’ai tenté de l’envoyer paitre

Sans succès, la chose s’est imbriquée dans mon être

À chaque contact, mon esprit déborde d’amertume

Retranscrite dans mes sombres élégies par ma plume

Elle tue la joie et nourrit la mélancolie

Elle engendre le spleen qui drape mes jours et mes nuits

Une seule bouffée et je suis presque à l’agonie

Plein d’acrimonie, je l’agonis de vilenie

Mais quelques instants plus tard comme un gibet

Ma toxicophilie m’envoie sous son couperet

Car je n’ai pu m’empêcher de re-goûter

À ce qui me procure tourment et volupté

Peut-être un jour je mourrais de cette addiction 

Mais IL FAUT BIEN MOURIR DE QUELQUE CHOSE dit le dicton

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
oh Alida, toi aussi! Lol
Répondre
A
quel est l'objet de ton addiction?
Répondre